dimanche 28 mai 2017

Randonneuse Barra

Une bien jolie randonneuse, actuellement en vente. Une nouvelle fois, juste pour le plaisir des yeux. Une magnifique machine des années 1950, mise en scène par un talentueux photographe. 













samedi 27 mai 2017

Concours de machine 2017



Et de deux. Qui aurait pu imaginer cela. Il y a un an déjà le premier concours de machines réunissait un parterre d'artisans cadreurs. Dans le petit milieu du cycle et en ses temps difficiles, c'était plutôt un pari risqué et osé. Mais les cycles Victoire ont sans doute été visionnaires et se sont ainsi lancés dans cette fabuleuse aventure humaine. Au nom  de l'amour du vélo, des grands espaces et surtout du partage. Ce dernier mot est sans aucun doute celui qui m'a le plus touché. Il y avait certes une concurrence entre les participants, puisque chaque compétiteur avait le désir de se dépasser et de gagner ce concours. Mais le résultat final n'était pas forcément celui de remporter la récompense. Derrière ces hommes et ces femmes il y avait une volonté commune, celle de montrer que dans cette société de consommation poussée à l'extrême, une autre voie était envisageable. Fabriquer un vélo, qui a du sens pour son futur acquéreur. Le vélo de ses rêves en quelque sorte. C'est devenu possible grâce à une poignée de passionnés. 

Cette année encore le deuxième concours de machines s'installe à Ambert  les 30 juin, 1er et 2 juillet 2017.

Un bel événement donc, attend les curieux et les passionnés. Un événement unique, qui va réunir cette fois 30 concurrents venus de France mais également du monde entier. L'Espagne, la Suède, les états-unis, l'Allemagne et le Japon seront également de ce concours.

Des artisans, des artistes vont donc s'affronter sur nos routes et chemins Auvergnats. Les machines fraîchement soudées et montées vont être soumises une nouvelle fois à de rudes épreuves, tout comme d'ailleurs les cyclistes chevronnés qui auront l'honneur de pouvoir rouler avec. 

Au delà des mots, venir à Ambert, c'est d'abord assister à l'histoire, mais aussi, soutenir l'artisanat français et étranger. 

Pour d'avantage de renseignements je vous invite à consulter la page officielle :
concours de machines 2017

Voici également quelques photographies du concours de machines 2016











dimanche 20 novembre 2016

samedi 19 novembre 2016

Burn-out, mangas et randonneuse


A deux reprises déjà, j'ai eu l'occasion d'évoquer la randonneuse et sa quasi symbiose avec une partie du peuple japonais.

La France, et tout ce qu'elle peut représenter en symboles, est plutôt chérie au pays du soleil levant. Notre pays bénéficie d'une aura importante dans de nombreux secteurs, dont ceux du luxe et de l'artisanat d'excellence.

Nous le savons bien, le travail pour les japonais, c'est le fondement même de leur vie. C'est encré dans leurs gênes et leur culture. Une totale dévotion à l'entreprise, au détriment trop souvent de leur propre vie privée. Pas le temps de trouver une compagne et de fonder une famille. C'est un sacrifice réel malheureusement. A mes yeux, même si la notion de travail est essentielle à notre équilibre, c'est tout de même une vie routinière et fade vécue par des milliers de travailleurs.

Ce triste constat me permet ainsi de mettre en évidence qu'un grand nombre de japonais sombrent aujourd'hui dans une sorte de burn-out surnommé KAROSHI. Heureusement, tous les japonais ne tombent pas dans cet excès de zèle. Nombreux sont ceux qui profitent de leur temps libre pour lire ou bien préserver notre patrimoine national en rachetant et restaurant, entre autre, dans les règles de l'art, de multiples machines aux noms prestigieux, tels René Herse, Jo Routens, Charrel ou Pitard...

Les grands éditeurs de mangas ne s'y sont d'ailleurs pas trompés. Il aura simplement suffit qu'une série de mangas consacrés aux vins français, pour propulser un petit vignoble au rang des grandes maisons. Cette notoriété soudaine et inattendue a permis à ce petit domaine d'écouler de nombreux flacons et d'avoir un carnet de commandes bien remplit pour très longtemps.

Je me mets donc à rêver et croire qu'un jour proche, un éditeur japonais aura l'ingénieuse idée de consacrer une série de mangas sur la randonneuse. Pas simplement une timide image d'un pédalier René Herse et d'une pompe ad-hoc. Je suis persuadé que cela aurait un impact extraordinaire. Au point même de modifier en profondeur la société nippone. Que le travailleur acharné, devienne ainsi plus clairvoyant et consacre ainsi son temps, non plus qu'au travail mais aussi à la pratique régulière de randonnées à vélo.

Ce mettre en retrait, prendre du recul et porter un regard différent sur la vie. Si le manga pouvait avoir ce petit supplément d'âme et faire prendre conscience qu'il est également important de s'accorder des fenêtres de vie plus douce.

C'est donc un réel enjeux de santé publique. La prescription étant quasiment trouvée et applicable à un grand nombre d'individus. L'homme a besoin de se retrouver dans une discipline sportive et pourquoi pas la pratique du 650 en guise de vertus et de médicaments.  

Vive le vélo et ce qu'il peut apporter de bon à notre corps, notre esprit et notre société toute entière.

Vive aussi les mangas qui possèdent ce pouvoir magique d'influencer notre façon de voir le monde et modifier ainsi  nos comportements et orienter nos choix.

vendredi 11 novembre 2016

Randonneuse de René Chardon

Voici une très belle randonneuse ancienne, restaurée avec beaucoup de soins. Je vous invite à découvrir son histoire en parcourant le blog suivant : Randonneuse René Chardon




mardi 25 octobre 2016

Au temps des dinosaures

Je me sens l'âme d'un paléontologue, qui après avoir remué une quantité phénoménale de pierres et de terre trouve ce qui a fondé sa vocation.

Lorsque j'ai vu ces belles photographies j'ai immédiatement pensé à ces vestiges enfouis depuis des millénaires dans les terres froides de Sibérie, dans ce permafroste qui délivre au gré des hausses de température, une défense de mammouth ou l'une de ses vertèbres parfaitement conservées.

C'est un peu ce sentiment qui m'habite à l'instant même où j'écris ces quelques lignes. Je contemple le ravage du temps et des éléments. Je le trouve magnifique, ce cadre de randonneuse des années 50. La matière à l'état brut en quelque sorte, magnifiée par la main d'un homme.

Que dire de plus, sauf à apprécier le travail, la beauté des lignes. Même dépouillée d'une grande partie de ses attributs, cette randonneuse brasée par Monsieur Singer, reste un bel exemple de modernité et de lignes épurées.












dimanche 16 octobre 2016

J'ai besoin d'air

Dans ces belles montagnes d'Auvergne
Sur ma randonneuse, je m'évade du tumulte abrutissant de ma vie de citadin. Cette belle période d'automne est l'occasion de sorties dans une ambiance assez particulière.

Plus que jamais, j'ai besoin d'air, de cet air qui caresse notre visage lorsque l'on roule, et de celui qui nous freine ou qui nous pousse parfois et qui nous fait avancer plus ou moins vite. De cet air aussi chargé d'odeurs automnales aux abords des fôrets avec ces effluves de champignons qui titillent nos narines.

Cet élément invisible pourtant, se manifeste à mon plus grand bonheur. Il me montre que j'existe, que je suis bien vivant. Il participe aussi, à sa manière à mes différentes sorties. C'est pour moi un accompagnateur discret et généralement silencieux.

Seulement, je ne suis  pas seul a avoir besoin d'air, je le partage volontiers avec mon fidèle destrier. Puisque sans air, je ne peux pas aller bien loin. Je veux parler cette fois de l'air fabriqué par la simple pression de ma pompe et qui va venir gonfler mes pneumatiques.

L'homme est un génie, il a su créer l'instrument pour capturer et dompter cette masse invisible et la mettre en cage. Merci à dame nature, merci à ces grands inventeurs, sans qui aujourd'hui mes périples seraient vraiment différents.

Document extrait du site des vélos Lyonnais